Jury

Bruno BOUCHÉ

Bruno Bouché entre à l’École de Danse de l’Opéra national de Paris en 1989 et rejoint le Corps de ballet en octobre 1996. Il fonde "Incidence Chorégraphique" en 1999, collectif d’artistes avec lequel il créé, entre autres : "Ce qui reste", "Lila", "Vivre Avec", "Ce sont des choses qui arrivent". En 2014, il collabore au film "Les Bosquets" de l’artiste JR. En 2015, il créé pour le Leipziger Ballett "Ce(ux) qui rend(ent) les gens heureux" et règle la chorégraphie de la pièce "Monsieur de Pourceaugnac", mise en scène par Clément Hervieux Léger avec William Christie et les Arts Florissants (Théâtre de Caen et Les Bouffes du Nord).

Pour l’Opéra national de Paris, il signe "SOI-Ătman" et "Music for Pieces of Wood", "Yourodivy", "Amores 4e mvt." et "Dance Music 3-2-1.", "Ça manque d’amour", "C4" et "Cet obscur palais du désir".

En juillet 2016, il est nommé Directeur artistique du Ballet de l’Opéra national du Rhin - Centre Chorégraphique National de Mulhouse et prend ses fonctions en septembre 2017.

Aurélie DUPONT

Aurélie Dupont entre à l’École de Danse de l’Opéra national de Paris en 1983. Elle est engagée dans le Corps de Ballet de l’Opéra national de Paris en 1989. Après son entrée dans la Compagnie, Aurélie Dupont participe à toutes les grandes productions du répertoire classique et contemporain. Elle est également distribuée dans des rôles de solistes dans "Giselle", "La Sylphide", "Les Quatre Tempéraments", "Casse-Noisette", "Le Sacre du Printemps".

Promue « Première Danseuse » en 1996, elle danse les principaux rôles de "Soir de fête", "Raymonda", "Don Quichotte" et "La Bayadère". A l’issue de la représentation de Don Quichotte, le 31 décembre 1998, elle est nommée « Étoile ».

Aurélie Dupont, Danseuse Étoile, a fait ses adieux officiels à la scène de l’Opéra en 2015, à l’issue de la représentation de "L’Histoire de Manon" de Kenneth MacMillan. Elle a reçu le prix de la meilleure interprète féminine aux « Benois de la Danse 2001 » pour son interprétation du rôle de Nikiya dans "La Bayadère" et pour celui de Titania dans "Le Songe d’une nuit d’été".

Nommée Directrice de la danse de l’Opéra national de Paris en 2016, Aurélie Dupont a officiellement pris ses fonctions le 1er août 2016.

Ingrid LORENTZEN

Après de nombreuses années en tant que danseuse du Den Norske Opera & Ballett, Ingrid Lorentzen est nommée directrice en 2012. Sous sa direction, la compagnie a créé de prestigieux ballets comme "Le Lac des Cygnes", "Ghosts" et "Hedda Gabler". Ingrid Lorentzen a invité des chorégraphes internationaux de renom comme Alexander Ekman et Liam Scarlett, accueilli Jo Strømgren et Alan Lucien Øyen en résidence. D'autre part, le directeur du théâtre Marit Moum Aune lui a commandé de nombreuses productions qui approchent la danse classique et les ballets de façon innovante.

Le Norwegian National Ballet est reconnu comme l'une des compagnies clés dans la reprise des œuvres de Jiří Kylián. Elle est également connu pour être l'un des Ballets ayant le répertoire le plus important mêlant le style classique et contemporain. Ses productions ont été acclamées internationalement. Ce succès s'est également étendu aux œuvres et aux tournées de Lorentzen nouvellement créées par la youth company's/NNB2 (2016).

Sous la direction de Ingrid Lorentzen, l'audience de la compagnie est la plus importante de son histoire.

Jean-Christophe MAILLOT

Jean-Christophe Maillot étudie au Conservatoire National de Région de Tours, puis rejoint l’École Internationale de Danse de Rosella Hightower à Cannes jusqu’à l’obtention du Prix de Lausanne en 1977. Il rejoint alors le Ballet de Hambourg où il interprète pendant cinq ans des rôles solistes de premier plan. Un accident met fin brutalement à sa carrière de danseur.
En 1983, il est nommé chorégraphe et directeur du Ballet du Grand Théâtre de Tours qui deviendra par la suite Centre Chorégraphique National. Il fonde en 1985 le Festival de danse « Le Chorégraphique ». En 1987, il crée pour les Ballets de Monte-Carlo en tant que chorégraphe invité, "Le Mandarin Merveilleux".
D’abord Conseiller artistique des Ballets de Monte-Carlo pour la saison 1992-1993, il est nommé Chorégraphe-Directeur par S.A.R. la Princesse de Hanovre en septembre 1993. Son arrivée fait prendre un nouvel essor à cette compagnie de 45 danseurs dont on reconnaît depuis 20 ans le niveau de maturité et d’excellence. Il y crée près de 40 ballets dont certains, tels que "Roméo et Juliette" (1996), "Cendrillon" (1999), "La Belle" (2001), "Le Songe" (2005) , "LAC" (2011) entre autres, font la renommée des Ballets de Monte-Carlo dans le monde entier. Plusieurs de ces œuvres sont aussi inscrites au répertoire de grandes compagnies internationales. En 2014, il crée "La Mégère" apprivoisée pour le Ballet du Théâtre Bolchoï.
Également sensible au travail des autres artistes, Jean-Christophe Maillot invite des chorégraphes au style différent à créer pour sa Compagnie et fonde, en 2000, avec Stéphane Martin, le Monaco Dance Forum.
En 2007, il réalise sa première mise en scène d’opéra, "Faust", pour le Théâtre National de la Hesse et en 2009, "Norma" pour l’Opéra de Monte-Carlo. En 2007, il réalise son premier film chorégraphique, "Cendrillon" puis "Le Songe" en 2008. En 2009, il élabore le contenu et coordonne le Centenaire des Ballets Russes à Monaco.
En 2011, la danse à Monaco vit une évolution majeure dans son histoire. Sous la Présidence de S.A.R. La Princesse de Hanovre, les Ballets de Monte-Carlo réunissent désormais au sein d’une même structure la compagnie des Ballets de Monte-Carlo, le Monaco Dance Forum et l’Académie Princesse Grace. Jean-Christophe Maillot est nommé à la tête de ce dispositif.

Jean-Christophe Maillot a été nommé Chevalier de la Légion d’Honneur par Le Président de la République Jacques Chirac en 2002 et Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres par La Ministre de la Culture Fleur Pellerin en 2015.

Thierry MALANDAIN

Thierry Malandain a commencé sa carrière de danseur au Ballet du Rhin. Il rejoint ensuite le Ballet Théâtre Français de Nancy où il restera jusqu’en jusqu’en 1986. C’est à cette époque qu’il fait ses premières expériences de chorégraphe. En 1986, Thierry Malandain quitte le Ballet Théâtre Français de Nancy et fonde la compagnie Temps Présent qui s’installe à Elancourt. Des pièces comme "L’Homme aux semelles de vent" ou "Edgar Allan Poe" et surtout "Folksongs" contribuent à le faire reconnaître comme un jeune talent prometteur. En 1991, Thierry Malandain monte "Pulcinella" sur la scène de la Maison de la Culture de Saint-Etienne. Le directeur est en train de guider l’institution vers son nouveau rôle d’Opéra-Théâtre. Il propose à la compagnie Temps Présent de l’accueillir en résidence à Saint-Etienne. C’est à cette époque que le chorégraphe créé plusieurs de ses ballets les plus repérés : "La Fleur de pierre", "l’Après-midi d’un faune", "Casse Noisette", etc.

En 1997, le Ministère de la Culture et de la Communication et la ville de Biarritz lui offrent de fonder le 19ème CCN français. Dès septembre 1998, le Centre Chorégraphique National - Ballet Biarritz voit le jour.

En 2003, Ballet Biarritz franchit une étape importante. Pour la première fois, la troupe se produit officiellement à Paris (Théâtre national de Chaillot), tandis qu’à Moscou. C’est à partir de ce moment que le CCN devient l’un de ceux assurant le plus grand nombre de représentations annuelles accompagné d’une forte présence internationale. Nombreuses des 80 œuvres de Thierry Malandain sont au répertoire d’autres grandes compagnies, de Caracas à Hong Kong, en passant par West Palm Beach, Riga, Tunis, Karlsruhe ou encore au Sadamatsu Hamada Ballet. En France, au Ballet de l'Opéra national du Rhin, au Ballet national de Marseille, au Ballet de l’Opéra national de Bordeaux, etc.

En 2004, il devient le directeur artistique du festival de danse Le Temps d'Aimer organisé par la ville de Biarritz. Il abandonne ce poste en 2005 avant de le reprendre définitivement en 2008.

En août 2009, Thierry Malandain est élevé au grade d’officier des Arts et Lettres. C’est avec une nouvelle appellation « Malandain Ballet Biarritz » que débute pour le chorégraphe une nouvelle ère.

En 2013, il crée le Ballet "Cendrillon" qui fait l'unanimité de la presse et du public. Il reçoit pour cette création le "Prix du meilleur chorégraphe" aux Taglioni European Ballet Awards décerné par la fondation Malakhov à Berlin.

En 2017, après les représentations parisiennes de sa création Noé à Chaillot-Théâtre national de la Danse, le Malandain Ballet Biarritz reçoit le "Prix de la meilleure compagnie" décerné par l’Association professionnelle de la critique de théâtre, de musique et de danse.

Éric QUILLERÉ

À l'issue de ses études à l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris, Eric Quilleré est engagé en 1984 dans le corps de ballet de l'Opéra national de Paris. Repéré par Maurice Béjart, ce dernier l'invite à Vienne dans la « Compagnie du 20ème siècle » pour danser le ballet "Wien Wien". Promu Premier danseur en 1991 par Patrick Dupont alors Directeur de la Danse à l'Opéra national de Paris, Eric Quilleré danse le répertoire classique et créé le pas de deux des Vendangeurs dans "Giselle" de P.Bart et E. Polikov.

Eric Quilleré danse aussi le répertoire néo-classique : "Agon", "Apollon", "Capriccio" et "Le Fils prodigue» de G. Balanchine. Il danse également le répertoire contemporain : "Point In Space" et "Un Jour ou deux" avec Merce Cunningham, "Sinfonietta" avec Jirí Kylián. Il danse "Le Sacre du printemps" de Pina Bausch lors de sa création à l'Opéra national de Paris. Eric Quilleré est ensuite engagé comme Danseur Etoile au Ballet de Nancy.

En 1995, Eric Quilleré partage son temps entre l’Opéra national de Paris et le Miami City Ballet où il danse la plupart des ballets de Balanchine. Tout en poursuivant sa carrière de danseur, il commence à remonter des ballets pour le Miami City Ballet : "Le Lac des cygnes", "Coppélia", "Giselle" et "Paquita". En 2001, il est invité par M.C Pietragalla pour monter sa version de Giselle au Ballet National de Marseille. En 2002, il est nommé Conseiller artistique pour la MBC School de Miami où il enseigne et organise des stages d'été avec les plus grands directeurs d'écoles de danse. En 2003, Charles Jude lui demande de rejoindre le Ballet National de Bordeaux comme Maître de Ballet. Il collabore sur les créations de Charles Jude. Eric Quilleré donne régulièrement des cours et est, entre autres, invité à Tel Aviv en Israël (Israël Ballet) et à Florence en Italie (Ballet de Florence).

Sur proposition de Marc Minkowski, il est nommé Directeur de la danse de l'Opéra National de Bordeaux le 15 décembre 2017.